Inflammation chronique, maladies inflammatoires et diététique.

L’inflammation ou réaction inflammatoire est un mécanisme naturel qui va se mettre en place quand l’organisme subit une agression : chimique, toxique, microbienne, traumatique, environnementale, etc. La réaction inflammatoire est indispensable à l’organisme : elle permet l’élimination des agresseurs et assure la réparation des lésions. Elle s’arrête lorsque les agressions disparaissent. Si l’inflammation n’est pas contrôlée, l’inflammation devient chronique. Comme tout autre processus physiologique, l’efficacité du processus inflammatoire est dépendante d’une fine régulation de son intensité et de sa durée. En effet, une inflammation de trop longue durée ou trop intense pourrait avoir des effets délétères sur l’organe où elle siège et potentiellement entraver sa fonction.

Une maladie inflammatoire se définit par une inflammation persistante, chronique d’un ou de plusieurs organes. Les maladies inflammatoires peuvent toucher la plupart des organes et tissus du corps humain : système digestif, système nerveux, épiderme, articulations… Beaucoup de maladies inflammatoires sont secondaires à un dysfonctionnement de notre système immunitaire qui n’est plus régulé et se met à travailler en permanence, même en l’absence d’agression.

Du point de vue chimique, la phase initiale de la réaction inflammatoire est entre autres caractérisée par la synthèse de dérivés de l’acide arachidonique tels que les prostaglandines et les leucotriènes, vous avez peut-être entendu parler des prostaglandines… Ce sont des médiateurs de l’inflammation. Avez-vous déjà eu une migraine ? La vasodilatation dans le cerveau causant ces affreux maux de tête est due à une prostaglandine. Des douleurs de règles (particulièrement intenses avec l’endométriose) ? Le syndrome prémenstruel ? Tout ceci est dû aux… prostaglandines.

Prostaglandines et leucotriènes sont des molécules issues du métabolisme des lipides et plus précisément des acides gras polyinsaturés (AGPI), alors me direz-vous on n’a qu’à supprimer les lipides de notre alimentation ! Mais voilà toutes les familles de macronutriments (protéines, glucides et lipides) sont importantes pour notre organisme malgré les diabolisations périodiques, toutes ont une fonction précise pour notre organisme, il est donc important de couvrir nos besoins dans chacune des familles d’aliments. Ce que nous pouvons faire en revanche c’est adapter nos choix alimentaires pour favoriser ceux qui sont bénéfiques comme les oméga 3 qui ont des vertus anti inflammatoires sans pour autant supprimer totalement les autres familles d’acides gras, il faut établir un équilibre entre les diverses sources lipidiques et notamment les AGPI c’est le ratio oméga 6/oméga 3. Un ratio oméga 6/oméga 3 trop élevé peut non seulement augmenter l’inflammation (qu’elle soit de bas grade – que l’on ne ressent pas – ou bien aigüe), mais aussi accroître le risque de surpoids, obésité, maladies cardiovasculaires et neurodégénératives.

Stress oxydant et inflammation sont deux processus très étroitement liés: les radicaux libres favorisent l’inflammation et l’inflammation engendre la production de radicaux libres. L’alimentation peut vous apporter différents éléments au potentiel antioxydant: certaines vitamines, des minéraux, des caroténoïdes (bêta-carotène, lutéine, lycopène, etc.) et des polyphénols (flavonoïdes, tanins, anthocyanes, etc.). À l’inverse de mauvais choix alimentaires peuvent booster l’inflammation (additifs, aliments ultra transformés etc.).

Si vous souffrez d’une maladie inflammatoire chronique, peut être votre médecin vous a-t-il conseillé de perdre du poids même si vous n’êtes pas en surpoids. Pourquoi perdre du poids et en particulier au niveau du ventre peut soulager vos symptômes ? Les tissus graisseux autour de la taille sont actifs métaboliquement. Ces graisses abdominales libèrent notamment des cytokines pro-inflammatoires, qui augmentent le niveau d’inflammation dans le corps. Être actif et en bonne forme physique atténuerait la production de molécules inflammatoires par les cellules et ne contribuerait donc pas à augmenter l’inflammation.

Adapter son alimentation et maintenir un poids santé peut réellement améliorer votre qualité de vie en diminuant vos symptômes, je peux vous accompagner tout en conservant plaisir de manger et alimentation variée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *