Endométriose : comment la nutrition peut soulager vos douleurs.

L’endométriose touche 10 % des femmes, elle se définit par la formation de tissu endométrial en dehors de l’utérus : sur les ovaires, les trompes, les ligaments suspenseurs de l’utérus, l’extérieur de l’utérus, les intestins, la vessie. 

L’endométriose peut être asymptomatique, mais la plupart du temps ce sont les douleurs qui constituent le symptôme principal, notamment pendant les règles. L’intensité des douleurs peut varier d’une femme à l’autre; cela peut aller jusqu’à une incapacité de travail. Les relations sexuelles sont souvent douloureuses. Dans tous les cas, la qualité de vie est amoindrie, tant sur le plan physique que psychologique.

De récentes découvertes ont permis de mieux connaître la physiopathologie de l’endométriose impliquant une surexpression de certaines enzymes et protéines (donc un facteur génétique), une angiogenèse, une hyper-oestrogénie et une résistance à la progestérone.

Il est bien sûr impossible d’agir sur les causes génétiques de la maladie, mais il est désormais reconnu que la nutrition peut grandement améliorer la qualité de vie en diminuant les douleurs. En pratique  cela consiste à diminuer l’exposition aux perturbateurs endocriniens, adopter une alimentation anti inflammatoire et parfois supprimer certains aliments lorsque les résultats sont insuffisants avec les mesures précédentes.

Lorsque nous mangeons nous consommons à notre insu des éléments indésirables comme des pesticides, des polluants environnementaux issus de la pétrochimie, ainsi que des additifs qui jouent un rôle dans l’endométriose. Limiter au maximum l’exposition à ces produits et diminuer en parallèle le phénomène inflammatoire en faisant les bons choix alimentaires permet de réduire significativement les douleurs. 

Modifier son alimentation sur le long terme n’est pas toujours facile et ne doit en aucun cas être vécu comme une contrainte ou un combat, une adaptation en douceur est souvent bien plus profitable sur le long terme. Les résultats ne sont pas immédiats et demandent en général 3 mois avant de pouvoir être vraiment remarqués, il faut donc être persévérante et ne pas se décourager. 

Je suis en mesure de vous accompagner dans ce changement et de vous apprendre à prendre soin de vous, à faire les bons choix et à améliorer votre quotidien. Je vous propose une analyse détaillée de vos habitudes actuelles, un plan d’adaptation progressif avec des idées recettes, une éducation nutritionnelle pour vous rendre autonome dans le choix de vos aliments, mais aussi  être là et répondre à vos questions. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *