TDAH et diététique

Le Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité est un trouble neurodéveloppemental complexe touchant les enfants qui n’est en aucun cas lié à l’éducation, les causes exactes de ce trouble ne sont pas encore totalement élucidées mais on sait que l’une des causes est une mauvaise transmission de l’information des synapses au cerveau. Ce dysfonctionnement serait causé en partie par une déficience en certains neurotransmetteurs.

En dehors du traitement médical, il est aujourd’hui admis qu’une bonne hygiène de vie et de saines habitudes alimentaires permettent d’atténuer les symptômes du TDAH.

L’efficacité des régimes d’évitement ou d’éviction d’aliments au potentiel allergène (oeuf, lait, blé, chocolat, noix) n’a pas été prouvé scientifiquement et peut engendrer des carences nutritionnelles. En l’absence d’intolérance ou d’allergie il est déconseillé d’éliminer certains aliments sans suivi nutritionnel ou médical.

Le TDAH est à l’origine de comportements qui nuisent à l’équilibre alimentaire et rendent difficile l’atteinte des besoins nutritionnels. Certains enfants ont peu d’appétit, d’autres ont du mal à reconnaître la faim, d’autres oublient de manger en raison de leur activité perpétuelle…. On rencontre une forte impulsivité alimentaire qui poussent les enfants à manger des aliments généralement peu nutritifs, certains vont manger en moins de 5 minutes et d’autres vont s’éterniser à table, chaque enfant réagit différemment.

Si ces comportements ne sont pas contrés, l’alimentation peut rapidement être déséquilibrée et induire une carence en nutriments essentiels qui va nuire au bon fonctionnement et au développement cérébral exacerbant ainsi les symptômes du TDAH et alimentant un cercle vicieux…

Les difficultés à surmonter du point de vue alimentaire sont : les troubles de l’appétit, l’impulsivité alimentaire, la sélectivité, l’opposition et l’agitation au moment des repas.

Les recommandations nutritionnelles générales pour atténuer les symptômes du TDAH sont : tendre vers un régime méditerranéen, miser sur une alimentation colorée, faire les bons choix de matières grasses, entretenir un microbiote de qualité, limiter sans interdire les bonbons et produits sucrés, établir une bonne relation avec l’alimentation.

En complément de la prise en charge pluridisciplinaire de votre enfant, je peux vous accompagner, vous parent, pour apprendre à faire les bons choix alimentaires, vous aider à trouver des solutions concernant le refus de certains aliments ou l’attirance pour certains autres qu’il faudrait limiter, vous proposer des astuces et des recettes… 

Ménopause : ça se prépare dès la quarantaine.

La ménopause est un grand bouleversement physique et un passage obligé pour toutes les femmes. Mais la prise de poids n’est pas une fatalité et certains symptômes, notamment les bouffées de chaleur, peuvent être réduits grâce à une alimentation appropriée. 

La ménopause est un état physiologique, elle fait partie du processus normal de vieillissement et survient habituellement vers l’âge de 50 ans. Ce n’est pas une maladie et elle ne provoque pas les mêmes symptômes chez toutes les femmes. 

La ménopause ne commence pas brutalement et c’est pourquoi il est recommandé d’adapter son mode de vie et son alimentation de façon préventive dès la quarantaine. 

Les premiers signes de la ménopause apparaissent plusieurs années avant les dernières règles. La préménopause est une période d’irrégularité du cycle féminin qui commence généralement vers 45 ans. 

Au cours de la préménopause, le taux d’œstrogènes (principales hormones sexuelles féminines) peut varier de façon importante et l’ovulation devient plus irrégulière. Ce sont les changements hormonaux qui sont responsables des symptômes de la ménopause tels que les troubles du cycle menstruel et les fameuses bouffées de chaleur. 

Une des principales conséquences de la ménopause est la prise de poids. Celle-ci est principalement liée à la chute des œstrogènes, qui entraîne une diminution de la masse musculaire au profit de la masse grasse. L’organisme brûle alors moins d’énergie pour assurer son fonctionnement normal. 

Même si dans la plupart des cas la prise de poids reste minime, en revanche, la silhouette se transforme car le taux d’hormones féminines diminue. L’organisme a alors tendance à stocker les graisses dans des endroits typiquement masculins, au niveau du ventre,  plutôt qu’au niveau des cuisses et des fesses. 

À la ménopause, la chute hormonale entraîne également une perte de la densité osseuse. Le squelette devient plus fragile et les fractures sont plus fréquentes. 

De nombreuses études montrent qu’une activité physique régulière et une bonne gestion du stress, toutes deux associées à une alimentation équilibrée et variée, peuvent notamment influencer l’intensité et le type de symptômes que subissent les femmes durant cette période charnière. 

L’activité physique régulière permet de conserver une bonne santé osseuse et musculaire en plus d’aider à stabiliser le poids. Elle permet de faire travailler les articulations et le cœur, donc de prévenir les maladies comme l’ostéoporose, l’arthrose et les maladies cardiovasculaires. 

Le stress augmente le nombre de symptômes de la ménopause et accentue leurs effets. Gérer son stress favorise le sommeil et diminue les effets négatifs de l’anxiété sur le corps (prise de poids, fatigue, irritabilité, etc.). Se faire masser, prendre un bon bain, faire du yoga ou de la méditation sont autant de solutions qui peuvent vous aider à mieux contrôler votre stress. 

Du point de vue diététique bien manger, ce n’est pas seulement bien choisir les ingrédients, mais aussi bien les cuisiner et savoir quand les manger. 

Les recommandations nutritionnelles générales pour bien vivre sa ménopause sont :

  • Adoptez de bonnes habitudes alimentaires 
  • Consommez plus de fibres 
  • Augmentez votre apport en oméga-3 et choisissez des apports lipidiques de bonne qualité
  • Favorisez les protéines végétales et diminuez la consommation de viande
  • Adoptez les aliments riches en calcium et en vitamines D, K et B12
  • Modérez votre apport en sodium 
  • Consommez moins de café et d’alcool
  • Mangez moins de sucres raffinés

Je suis là pour vous guider, répondre à vos questions et adapter en douceur votre alimentation à cette nouvelle période de votre vie de femme.